jeudi 8 novembre 2012

[Rétro-Instant] PuLiRuLa


"Jusque ici tout va bien... jsuqe ici tout va bien..." - La Haine.

Salut à tous! Aujourd'hui, je vais vous tester un jeu sur un support bien moins connu aujourd'hui qu'avant : les bornes d'arcades.
A l'époque, les salles d'arcades furent remplies de machines, les "bornes", où chacune avait son jeu. On y claquait une bonne partie de son pognon pour y jouer quelques parties. Les jeux étaient par contre bien mieux foutus que leurs adaptations sur consoles de salon ( sauf Street Fighter 2 sur SNES). Aujourd'hui, les bornes n'ont plus tellement d'interêt, vu que les consoles de salon sont bien plus puissantes, d'où la quasi disparition de ces machines. Mais bon, c'est uniquement sur arcade que l'on pourra essayer Mario Kart GP! ;p
Les bornes d'arcades eurent leur âge d'or entre fin 70 et début 90, du moins c'est la période de mes jeux sur mon émulateur arcade. D'ailleurs je vous conseille de tester quelques jeux arcades, dont je ferai la liste après le test.
Là, je vais parler d'un petit jeu que Taïto (Puzzle Bobble/Bust-a-Move, Bubble Bobble, Rainbow Islands...) a fait, PuLiRuLa (notez déjà le nom qui craint). Bon, finalement, pas de vidéos pour les jeux d'arcade, l'ordi ne tourne visiblement pas assez bien, sorry.

PuLiRuLa est un Golden Axe like, c'est-à-dire un beat them all en 2.5D avec une jauge de magie, mais sans les combos, les dragons, juste un (deux si multijoueur) enfant armé d'un gourdin magique qui fait des étincelles (ou de la poudre blanche, réglons tous nos problèmes à coup de drogue! Yay!). Oui, c'est un jeu enfantin, mais avec une possibilité de double lecture un poil abusé, mais on y reviendra.

Le scénario est en carton: notre duo de choc doit amener la clef de l'horloge de la ville à un gendarme, mais il se la fait voler par une marionnette, qui arrête en même temps le temps de la ville. Donc Tic et Tac doit traverser tout le pays pour rattraper Pinocchio pour rétablir le cours du temps... On n'a pas fait mieux depuis "Oui-Oui et le gendarme"... Notons que malgré le fait que j'ai zappé absolument tous les dialogues, l'histoire se devine, sauf pour le niveau 3 et certains boss, mais on va garder ça pour plus tard.

Graphiquement, c'est pas mal. Le style est assez "dessin animé" (dessin avec aplats de couleurs, peu de relief ni de détails) style nippon pour enfants. Normal, jeu japonais. La machine est plutôt bien exploitée: ombres visiblement basées sur le sprite actuel, backgrounds parfois animés, effet de reflet lors du niveau dans la glace, rotozoom utilisé sans baisse de framerate, c'est plutôt réussi, même si sur certains niveaux, le manque de vie dans le bg laisse une sensation de vide. Au moins, on s'intéresse à ce qu'il se passe sur le devant de la scène, où là, c'est juste... Comment dire? Magnifique!
SURPRIISE! Instant fou rire!
Michel (je connais pas son nom, donc Michel) se dandine comme le ferait le Petit Chaperon Rouge quand il se déplace, mais dessiné comme il est, on a l'impression qu'il est en colère, donc un petit WTF pour l'animation. Les monstres sont moches, mention spécial à celui qui se cure le pif pour te balancer en pleine poire ses petites pépites nasales; et le niveau 3... argh le niveau 3! Juste épouvantable! C'est censé être le "rêve d'un mégalomane"... Normal la présence d'une tête à perruque bleue qui fonce vers l'écran? Normal qu'une femme en imper jaune se dandine comme un drapeau attaché à un pôle? WTF?! La nonne qui nous envoie allègrement sa langue? Le boss est un danseur de kabuki qui nous massacre à coup de ses cheveux! Oo" ... 
Niveau 2. Oui, il/elle/ce machin nous montre son derrière...

Don Michello, toujours en service! Remarque: le perso
est censé clignoter en blanc, là.
Enfin enfin, Ya pas mal de trucs qui sont assez bizarres : le boss du niveau 2, euh... Je vous laisse une image, je ne peux le décrire... Pareil pour celui du niveau 5! C'est un chef indien qui a comme pagne une corne de rhino, et bien évidemment, il nous fonce dessus, la corne en première afin de nous blesser... Je parle pas des ennemis, qui sont juste grostesques : on passe de la boule de chewing-gum poilue au robot moonwalker, ou pire de sortes de robots verts monté sur une roue qui font une sonnerie de téléphone, et en plus son méga durs à buter. Tiens ils viennent de me rappeler le Claptrap des Borderlands...

Côté gameplay, c'est vide: on ne peut faire que 5 trucs: se déplacer, attaquer (pas vraiment de différences entre les attaques), sauter, faire de la magie, crever. Point. Les pouvoirs sont cheatés : ils vous vident toute la zone, tout en vous rendant invincible, et je ne parle pas de Don Michello, le luchador qui descend d'un micro-ondes géant afin de micro-ondiser (OUI. Ca. Se. Dit) vos ennemis...

Pour conclure, ce jeu est sympa; mais les pouvoirs du joueur sont un poils cheatés, c'est pourquoi on ne les a que très peu. Les graphismes sont bons, mais pu**** le chara design est trop farfelu pour être sain d'esprit! Un jeu à jouer, mais avec un bon gros filtre flou pour éviter de voir ses neurones griller un à un...

PS. Je vous jure que j'ai pris ce jeu au hasard parmi ma liste de jeux d'arcade...

BONUS: Lors du niveau 3, j'ai eu une intuition. J'avais la version mondiale, et un moment, ya quatre portes qui se pointent, dont la 2e qui libère un éléphant rose... J'ai lancé la version japonaise, et là, la révélation! (voir ci-desous)...
Ne sortez pas ça du contexte, malheureux!
Mine de rien, c'est assez suggestif, heureusement que la porte ouvre sur un truc soft : 
Oui, l'espace... Pourquoi? C'est vide à l'intérieur?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire